Le défi énergétique et climatique

18/Innovation : investissement cleantech

  • Une métropole qui attire les investisseurs
    Une métropole qui attire les investisseurs
  • D’après le Baromètre des levées de fonds cleantechs en France, bilan 2013 E&Y et Green Univers
    D’après le Baromètre des levées de fonds cleantechs en France, bilan 2013 E&Y et Green Univers

Les acteurs du capital investissement dans les entreprises des cleantechs ont investi 319,4 M€ dans 81 entreprises en France, des chiffres en baisse en montant mais en croissance en nombre d’opérations (+11% par rapport à 2012) un résultat assez positif après une année 2012 record où le montant total des investissements avait doublé notamment en raison de très grosses opérations.

De nombreux secteurs sont porteurs d’avenir en France comme le montre l’intérêt croissant des investisseurs pour les secteurs innovants comme le stockage d’énergie, les smart grids ou la chimie verte. Autre signe positif : les jeunes entreprises du secteur parviennent à se financer puisque 50% des montants investis en 2013 correspondent à des opérations de capital innovation ou d’amorçage.
Source – Baromètre des levées de fonds cleantechs en France – 4ème trimestre et bilan annuel 2013

En 2013, la France prend la tête du classement européen du capital innovation en volume : elle concentre 29% des investissements devant le Royaume-Uni et l’Allemagne, pour la première fois depuis 2009. Source – données Dow Jones Ventures pour E&Y.

L’émergence de nouveaux acteurs

Activité soutenue des fonds dédiés et montée en puissance des récents fonds corporate ou multi-corporate :

Electranova (EDF), Aster Capital (Schneider, Alstom et Solvay), Ecomobilité Ventures (SNCF, Orange et Total), Blue Orange (Suez Environnement).

Cleantech Business Angels

Réseau de business angels, investissant dans des produits & services des secteurs de l’énergie, de l’environnement.

Programme d’Investissements d’Avenir de l’État

Soutien aux PME innovantes du secteur par la création du Fonds Ecotechnologies. Doté de 150 millions d’euros, il intervient en co-investissement avec des sociétés d’investissement privées, pour des participations en fonds propres ou quasi fonds propres (1 à 10 M€).

4 secteurs cibles : énergies renouvelables décarbonées et chimie verte, smart grids, valorisation des déchets et dépollution, et véhicule du futur.